7. juin, 2017

Etymologiquement parlant, un cabinet "psy" est une UTOPIE; entendez par là qu'il n'est pas un lieu ou qu'il est un non-lieu.  En quoi n'est-il pas un lieu ?  En ce qu'en lui, contrairement à partout ailleurs, toute parole peut-être dite; en ce qu'en lui les masques peuvent tomber sans que la personne qui se livrent et se délivrent en se livrant ne soit jugée; ce qui me conduit à dire qu'il est un "non-lieu" pour celui qui se croit coupable d'être qui il est et qui s'y découvre innocent dans les yeux et l'écoute de celui qui voit et entend sa souffrance sans la stigmatiser. 

Eu égard à une seconde étymologie possible du mot "Utopie", le cabinet d'un psychanalyste est très logiquement un lieu "idéal" qui nous délie du jeu de théâtre ordinaire, un lieu qu'une source le plus souvent cachée alimente et génère.

Juger est bien plus facile que comprendre, c'est d'ailleurs pour cette raison que la plupart d'entre nous préfèrent le jugement à la compréhension; par fainéantise... par manque d'intérêt pour l'autre que soi, par manque d'ouverture, par manque d'amour...

Le thérapeute cherchera plutôt à comprendre la personne qui lui fera confiance et tâchera de l'accompagner vers cette part d'elle-même qu'elle a perdue de vue ou n'a jamais rencontrée.

14. avr., 2017

J'aurais dû me jeter sur mon ordinateur quand cette phrase s'est imposée à mon esprit. Non pas celle-là même que je viens d'écrire, mais une autre que j'ai oubliée.  Elle aurait sans doute donné un horizon à ma peine, la possibilité d'un souffle qui, en soi, en eût déjà été un.

Mais à présent, me voilà sec; semblable à un pécheur assis sur le bord d'un canal à attendre le prochain ban, tandis qu'un autre est passé sous ses yeux avant qu'il ne soit installé.  Me voici à rechercher sans force la trace d'un passage éclair qui ne m'aura pourtant pas marqué.  Etrange étrangeté !  Certaines choses éclairent-elle jusqu'à interdire l'ombre de leur mémoire ?  Peut-être est-ce là le plus précieux des souvenirs; à tout le moins aura-t-il finalement donner lieu à ces quelques lignes. Je l'entends sourdre comme une promesse.

Alors j'écris encore quelques mots à propos de mon amnésie.  Je me dis qu'à m'inscrire dans le sillon de la pensée comète de tout à l'heure, j'ai quelque chance d'en hériter le sable. 

Mais non, décidément, je comprends qu'aujourd'hui est un jour à mendier pour rien.

11. déc., 2016

 

Une dépression se traduit par le soudain passage de la bigarrure du monde à la grisaille du concept; de la légèreté de l'arc-en-ciel au trou noir de l'idée.

11. déc., 2016

 

 

L'épaisseur de la transparence interdit la vérité.

11. déc., 2016

"Si, après mûre réflexion, l'on admet qu'aucun acte de penser radical n'existe, qu'aucun sujet psychique ne sourd "à la racine" de telle production mentale, alors ce que l'on appelle penser revient à soutenir volontairement, mais dans un second temps, l'une ou l'autre des représentations qui s'impose au sein de notre conscience. Dès lors, en tant que sujet petit "s", nous pouvons théoriquement choisir de nous intéresser à telle ou telle autre de ces productions, d'y adhérer suffisamment pour les faire entrer dans un devenir."

15/04/2016